Son parcours

Après avoir étudié le piano à Bogota, Juan Carlos Echeverry a débuté sa formation lyrique au Conservatoire de Cologne dont il est sorti avec un premier prix de chant ; puis il a rejoint l’Atelier Lyrique de l’Opéra de Paris, où il a travaillé pendant trois ans sous la houlette de Robert Kettelson et de Janine Reiss.

Remarqué comme « un Rinuccio idéal » dans un Gianni Schicchi mis en scène par Laurent Pelly à l’Opéra de Paris, il a fait ses débuts sur les scènes européennes avec les rôles d’Ernesto (Don Pasquale), Almaviva (Le Barbier de Séville), Don Ottavio (Don Giovanni), Belmonte (Enlèvement au Sérail), Tamino (La Flûte Enchantée) et Ferrando (Cosi Fan Tutte) Edgardo (Lucia di Lamermoor), Nadir (Les pêcheurs de Perles), Alfredo (Traviata)…

Du Bel Canto à l’Opéra

En parallèle de ses rôles belcantistes, il s’est également beaucoup illustré dans l’opéra bouffe et l’opérette. Il s’est notamment produit dans les rôle du Brésilien et de Frick (La Vie Parisienne), Pâris (La Belle Hélène) et Camille de Rossillon (La Veuve Joyeuse).

Au sein de Lyricomédies ! et de la Comédie Lyrique Romande, il brille notamment dans « La Belle Hélène n’était pas une poire » et « Si Guitry m’était chanté« .

A PROPOS

Lyricomédies ! et La Comédie Lyrique Romande sont deux associations dont le but est le partage de l’émotion, du rire et de l’art de l’Opéra.

Depuis plus de 15 ans, Raphaëlle Farman et Jacques Gay, leurs fondateurs, ont donné plus de 1700 représentations devant plus de 150 000 spectateurs.